166 millions à destination des demandeurs d’emploi dans le cadre du plan 500 000




Quinze Opca se sont engagés auprès de l’Etat à participer à la prolongation du plan 500 000 à destination des demandeurs d’emploi. 166 millions d’euros seront débloqués par les Opca, ce qui complète la contribution du FPSPP de 150 millions d’euros.


« Trois semaines après la signature de l’avenant 2017 à la convention-cadre conclue en 2015 entre l’État et le FPSPP [1], pour la reconduite de l’effort de formation en faveur des demandeurs d’emploi, la séance d’aujourd’hui officialise les engagements pris par les Opca dans le plan 500 000 sur le premier semestre 2017 ». Myriam El Khomri, ministre du Travail, a présenté en ces termes, mardi 21 mars 2017, la signature par les Opca de la lettre d’engagements qui définit les orientations et les moyens de leur intervention en appui de la prolongation du plan 500 000 formations supplémentaires pour 2017.

Devant l’ensemble des acteurs emploi-formation (représentants des Opca, des conseils régionaux, du Cnefop [2], du Copanef [3], de Pôle emploi et des services de l’État), la ministre du Travail a dans un premier temps rappelé que les ministères des Finances et du Travail ont missionné, mi-avril 2016, l’Igas [4], l’IGF [5] et le CGefi [6] dans le but « d’objectiver l’existence de marges de manœuvre permettant aux Opca d’accroître leur participation à l’effort de formation en faveur des demandeurs d’emploi ». « Je sais que cette demande a pu être mal comprise et interprétée », a indiqué Myriam El Khomri. Mais à la réunion de présentation du rapport de la mission, en janvier dernier, les Opca ont « tous salué la méthode de travail, rigoureuse et partagée, que j’ai voulue transparente ».

54 000 actions de formations supplémentaires

Par rapport au travail conduit par la mission, présenté successivement aux partenaires sociaux et aux dirigeants des Opca, le gouvernement a en effet proposé à ceux-ci de s’engager, sur une base volontaire, à contribuer à la dynamique de prolongation du plan 500 000 formations supplémentaires. Aujourd’hui, a fait valoir la ministre, « 15 Opca sont en capacité de s’engager, cela représente près de 54 000 actions de formation supplémentaires, soit 166 millions d’euros avec des objectifs d’utilisation de fonds qui se veulent pragmatiques, en réponse aux préoccupations propres à chacun des secteurs économiques représentés ». En complémentarité du nouvel appel à projet du FPSPP relatif à la formation des demandeurs d’asile et des réfugiés, les Opca ont aussi proposé de dégager des moyens supplémentaires, soit près de 12 millions d’euros. En ce qui concerne les Opca qui ne se sont pas encore engagés dans cette démarche, «  il leur appartient de saisir leur gouvernance politique au plus vite, afin de disposer d’un mandat » de négociation portant sur le montant des engagements et la nature des actions à conduire.

La lettre d’intention d’engagements signée par les Opca devra se concrétiser ensuite par la signature de conventions avec le ministère du Travail pour en définir tous les aspects concrets. « Je souhaite que l’ensemble des conventions soient signées avant le 30 avril 2017, afin d’activer les dispositifs et de mettre en œuvre les premières actions de formation », a déclaré Myriam El Khomri.

Focus sur l’offre de service de Constructys, Opca de la construction

Peu avant la signature de la lettre, des représentants d’Opca ont présenté leur offre de service et leur capacité à innover pour répondre plus efficacement aux besoins. Par exemple, les engagements de Constructys, Opca de la construction, « s’inscrivent tout d’abord dans un bilan », a souligné David Mazurelle, son directeur général, soit plus de 200 000 salariés formés dans le BTP en 2016. « Nous entendons développer en 2017 un dispositif que nous connaissons bien puisqu’il s’agit de la préparation opérationnelle à l’emploi (POE), en direction des TPE/PME avec un objectif de plus 20 %. Cet objectif est centré sur l’évolution des compétences relative à la transition énergétique pour les publics ouvriers, soit des actions de formation de moins de 200 heures permettant aux entreprises d’embaucher à bon escient dans un contexte de retour à l’emploi dans notre secteur », a exposé David Mazurelle. Le deuxième axe est celui du développement de la professionnalisation. Constructys envisage une progression de 8 % en 2017, avec « un objectif de 10 000 contrats de professionnalisation ». « Nous avons complété le financement de la professionnalisation de façon à assurer la solvabilité des entreprises du BTP pour qu’elles reprennent des jeunes en alternance », a-t-il annoncé.

  • Consulter la lettre d’engagements des Opca dans le cadre de la prolongation du plan 500 000 ici

Philippe Grandin, Centre Inffo

Notes

[1Fonds paritaire de sécurisation des parcours professionnels.

[2Conseil national de l’emploi, de la formation et de l’orientation professionnelles

[3Comité interprofessionnel pour l’emploi et la formation

[4Inspection générale des affaires sociales.

[5Inspection générale des finances.

[6Contrôle général économique et financier.