En 2017, le FPSPP favorisera des méthodes innovantes pour la formation des demandeurs d’emploi




28 février 2017 : signature de l’avenant à la convention cadre conclue entre le FPSPP et l’Etat qui définit les orientation d’intervention du fonds en matière de formation professionnelle pour 2017.


« La signature de ce jour n’est pas une fin mais un commencement car il va falloir à présent préciser les critères des appels à projets, monter les partenariats avec les conseils régionaux, les Opca, Pôle emploi et passer à l’action sur le terrain. » a déclaré Myriam El Khomri, le 28 février 2017, à l’occasion de la signature officielle de l’avenant financier à la convention-cadre triennale conclue entre le FPSPP et l’État.

« Il nous faut tous travailler rapidement pour que se déploient sur le territoire les actions de formation qui sont indispensables au renforcement des compétences des actifs comme au développement des entreprises  » a ajouté la ministre du Travail, de l’Emploi, des la Formation professionnelle et du Dialogue social. Cette annexe, conclue le 6 février 2017 et validée le 9, définit les orientations d’intervention du fonds en matière de formation professionnelle pour cette année.

1,48 milliard d’euros d’engagements pour 2017

Au total, le montant des engagements du FPSPP pour l’année 2017 a été fixé à 1,48 milliard d’euros (1,34 milliard de recettes et ressources du FPSPP et 142 millions de recettes de l’État et du Fonds social européen).

« C’est inférieur à 2016, où 1,6 milliard d’euros avait été mobilisé », indique Pierre Possemé, vice-président (Medef) du FPSPP. « Le Fonds dépense plus que ce qu’il récolte, donc il faut rappeler que cet effort est exceptionnel », pointe-t-il.

La somme se décline ainsi :

  • Mise en oeuvre du compte personnel de formation : 225 millions d’euros.
  • Accès à l’emploi par les formations en alternance (péréquation) : 350 millions d’euros.
  • Développement de la formation dans les entreprises de moins de 11 salariés et des entreprises de 11 à 49 salariés : 194 millions d’euros.
  • Financement d’autres actions de formation professionnelle concourant à la qualification et à la requalification des salariés et des demandeurs d’emploi (CIF, POE, Mutations économiques et technologiques, CSP...) : 310 millions d’euros.
  • Mesures d’accompagnement (notamment Conseil en évolution professionnelle) : 22,4 millions d’euros.
  • Mesures exceptionnelles d’appui aux politiques publiques de formation des demandeurs d’emploi : 264 millions d’euros.

Trois projets pour les demandeurs d’emploi

« En 2016, les partenaires sociaux ont souhaité être aux côtés de l’État et contribuer au financement du plan 500 000 formations supplémentaires [...]. En 2017, la contribution du FPSPP [...] est reconduite, à hauteur de 150 millions d’euros, selon des modalités d’intervention innovantes, structurées autour de trois appels à projet pour mieux répondre à des besoins structurants pour l’économie et la société françaises », explique Clotilde Valter, secrétaire d’État chargée de la Formation professionnelle et de l’Apprentissage.

La présidence du Copanef (Comité paritaire interprofessionnel national pour l’emploi et la formation) a ainsi présenté les orientations stratégiques en matière d’intervention en 2017 qui, au-delà de la reconduction des axes d’intervention usuels du FPSPP, se structurent autour de trois projets :

  • Développer une offre de formations digitales pour les publics dont la qualification est inférieure au niveau III (Bac + 2), complémentaire des initiatives régionales existantes. Des appels à projets auprès des Opca doivent permettre de co-financer des formations à dominante ouverte et à distance. Il est envisagé de créer 20 000 places.
  • Consolider une offre de formation dans les métiers rares ou de niche identifiés par les partenaires sociaux et les régions. Il s’agit de sauvegarder les savoir-faire traditionnels ou à haute technicité : taille de pierre, dentelle, ou certains métiers du spectacle vivant, des loisirs et de l’audiovisuel, etc... L’objectif est de former 3 500 à 4 000 personnes sur les 18 régions.
  • Accompagner les demandeurs d’asile et les réfugiés pour faciliter leur intégration sociale et professionnelle. Il s’agit d’étendre des expérimentations conduites dans les régions Île-de-France et Hauts-de-France pour toucher entre 800 et 1 200 personnes. Cours de langue, accompagnement au projet d’orientation, suivi d’une formation professionnalisante ou certifiante... Chaque parcours est adapté au profil de la personne. Selon l’avenant à la convention cadre, il est proposé « la mise en place d’un groupe de travail associant les partenaires sociaux et l’État et pouvant convier des experts ainsi que les porteurs des expérimentations, afin d’identifier les modalités d’intervention du FPSPP les plus adaptées opérationnellement. »

Aurélie Gerlach, Centre Inffo


Dossier Annexe financière Etat-FPSPP - Fév. 2017
Dossier Annexe financière Etat-FPSPP - Fév. 2017