Le Cnefop relève la concentration des choix de certifications éligibles au CPF




Dans son rapport 2017 sur le suivi et la mise en œuvre du CEP [1] et du CPF [2], le Cnefop souligne que l’usage du CPF s’est fortement accéléré en 2016. Au 31 décembre 2016, 3 809 451 comptes personnels de formation étaient activés (contre 2 496 809 à fin 2015), soit une progression de + 52,5 % par rapport à 2015. Au total, 497 501 dossiers ont été validés en 2016, essentiellement pour des demandeurs d’emploi (321 595, le double de 2015) mais aussi chez les salariés (175 906, quatre fois plus que l’année précédente).


Le Cnefop revient sur un aspect des usages du CPF qui «  interpelle au regard de l’ambition certifiante de ce dispositif ». Cet aspect est l’extrême concentration des choix de certifications éligibles (10 % des certifications éligibles sont sélectionnées dans 90 % des cas) et le poids prépondérant des certifications inscrites à l’inventaire, soit 41 % des dossiers de demandeurs d’emploi et 73 % des dossiers de salariés. Sur ce dernier point, les formations qualifiantes (CQP [3] et/ou inscrites au RNCP [4]) sont majoritaires chez les demandeurs d’emploi (52 % des dossiers). En revanche, cette part est logiquement plus faible chez les salariés au regard du poids des formations à l’inventaire, qui s’élève à 27 % des formations choisies. Les formations non certifiantes sont finalement peu nombreuses (7 % des seuls dossiers demandeurs d’emploi).

Listes mobilisées

La liste nationale interprofessionnelle (LNI) reste la plus mobilisée, tant par les demandeurs d’emploi (61 % des dossiers validés) que par les salariés (56 %). Viennent ensuite les listes Coparef demandeurs d’emploi (38 % des dossiers demandeurs d’emploi) et les listes CPNE [5] (38 % des dossiers salariés).

Bilan financier 2016

Sur le plan financier, les collectes perçues par les Opca au 28 février 2016 sur le 0,2 % CPF se sont élevées à plus de 850 millions d’euros. Suivant très logiquement la croissance du nombre de dossiers validés en 2016, la dépense directe associée au CPF (0,2 % CPF Opca et FPSPP) est passée d’environ 363 millions d’euros en 2015 à environ 658 millions d’euros en 2016. A terme, précise le Cnefop, « à moyens constants, au regard de la dynamique actuelle de mobilisation du CPF, et sans savoir anticiper l’impact de l’éligibilité au CPF du permis de conduire et du bilan de compétences », les 850 millions du 0,2 % CPF Opca, auxquels s’ajoute le budget d’intervention du FPSPP [6] dédié au financement des heures acquises des demandeurs d’emploi, « pourraient être consommés d’ici peu de temps ». « Il faudra alors réinterroger les conditions de financement du CPF ».


Philippe Grandin, Centre Inffo



Notes

[1Conseil en évolution professionnelle.

[2Compte personnel de formation.

[3Certificat de qualification professionnelle.

[4Répertoire national des certifications professionnelles.

[5Commissions paritaires nationales pour l’emploi.

[6Fonds paritaire de sécurisation des parcours professionnels.