Les salariés de niveau V ayant bénéficié d’un congé individuel de formation ont suivi une formation de même niveau (Fongecif IDF)




Dans la grande majorité (68 %), les salariés ayant un niveau V (CAP/BEP) et bénéficiaires d’un congé individuel de formation (Cif) ont l’intention de changer de métier. C’est ce que révèlent les résultats d’une étude du Fongecif Île-de-France (IDF) intitulée « Réussite et situation professionnelle des bénéficiaires d’un Cif faiblement diplômés ».


Cette enquête concerne un panel de 2 286 salariés franciliens ayant un niveau de formation de niveau V (CAP/BEP) et infra (40 % n’ont aucun diplôme, voire ont quitté la scolarité en fin de 3ème) ayant bénéficié d’un Cif en 2015. En outre, plus des 2/3 des salariés concernés sont « employés » (68 %) et 93 % sont en CDI. Cependant, les raisons qui les poussent à se former sont diverses : évoluer dans son emploi actuel (30 %), sortir d’une situation compliquée dans l’entreprise (27 %), trouver un emploi (20 %), créer son entreprise (17 %).

Parmi les salariés financés en 2015, un tiers proviennent de 4 secteurs d’activité (sécurité, nettoyage, restauration, hébergement). Les formations les plus demandées sont de niveaux V et/ou sans niveau spécifique (permis de conduite, alphabétisation, par exemple). Ainsi, une personne sur deux détenant déjà un CAP/BEP a suivi une formation de même niveau. Cinq domaines de formation sont privilégiés : le transport, la manutention et le magasinage (28 %) ; le travail social (12 %) ; le secrétariat/bureautique (8 %) ; l’énergie et le génie climatique (6 %) ; l’informatique, traitement et réseau (6 %). L’étude relève un faible taux d’abandon, soit un peu plus de 2 % des salariés (abandon en cours de formation ou non présentation à l’examen).

Un an après leur Cif, 91 % des salariés ont obtenu un poste en lien avec leur formation. En outre, 62 % ont eu accès à un CDI, 21 % à un CDD et 8 % au statut de chef d’entreprise. A noter que selon l’Insee, 5,5 millions de salariés en France ne détiennent pas le CAP ni le BEP.