Propositions du Copanef pour faire évoluer le Bilan de compétences




Le Copanef vient de publier un rapport qui a pour objectif de proposer une évolution du Bilan de compétences. Ce rapport final s’inscrit dans la continuité d’un premier rapport publié le 7 avril 2015 intitulé « Rapport de préconisations sur les évolutions du bilan de compétences » et d’un rapport d’étape de septembre 2016.


Les propositions du Copanef sur le Bilan de compétences s’organisent autour de réponses à quatre questions. Le groupe de travail a fait le choix de proposer des pistes d’évolution et des modalités pour les suites à donner. Ces points nécessiteront un travail technique approfondi qui pourrait être engagé par le Copanef dès l’automne 2017.

Une réflexions autour de quatre questions

1/ Quelles évolutions du Bilan de compétences en terme de finalité, d’objectifs, de contenu, d’organisation et de livrables ?

Le bilan de compétences doit être un appui pour aider les individus à se projeter professionnellement et ainsi améliorer leur employabilité.
La finalité du bilan de compétences vise à « identifier et à clarifier des scenarii possibles et à vérifier leur opérationnalité. Elle doit s’inscrire dans une réflexion et une observation plus large du parcours professionnel : discontinuité, décisions multiples, hybridation. » est-il précisé dans le rapport.

D’après ce constat, le groupe de travail propose :

  • Proposition 1 : Reformuler la finalité du bilan de compétences
  • Proposition 2 : Redéfinir les objectifs et contenus des trois phases du bilan de compétences. Maintien du bilan de compétences en 3 phases tout en redéfinissant leurs objectifs et contenus respectifs (voir propositions 3, 3bis, 3ter).
  • Proposition 3 : Valoriser et formaliser la phase préliminaire
  • Proposition 3bis : Clarifier les objectifs et le contenu de la phase d’investigation
  • Proposition 3 ter : Préciser les objectifs de la phase de conclusions
  • Proposition 4 : Nécessité de renforcer et de rénover les livrables attendues.
  • Proposition 5 : Mettre en place de nouvelles références communes avec l’ensemble des acteurs.

2/ Quelles articulations et complémentarités entre le Conseil en évolution professionnelle (CEP) et le Bilan de compétences ?

Le Copanef explique que « Les conseillers CEP et de bilan de compétences partagent un socle de professionnalisme mais dans des cadres d’intervention différents, complémentaires et articulés. »

Aussi, il est proposé dans le rapport :

  • Proposition 6 : Construire une grille de lecture comparative du CEP et du BdC
  • Proposition 7 : Construire une grille commune d’analyse de situation
  • Proposition 8 : Prendre en compte le programme personnalisé lorsqu’il a été initié par le CEP.
  • Proposition 9 : Mettre à la disposition des bénéficiaires un guide d’appui au choix du prestataire de bilan de compétence

3/ Quel processus qualité du Bilan de compétences ?

Face aux pratiques hétérogènes des professionnels du Bilan de compétences et afin de faciliter les démarches administratives, le groupe de travail propose de :

  • Proposition 10 : Construire un référentiel « qualité », annexé au cahier des charges du Bilan de compétences.

4/ Quel modèle économique du Bilan de compétences ?

Concernant la question du modèle économique, le Copanef émet l’hypothèse d’une prise en charge sous la forme d’un forfait en euros et en nombre d’heures (de 16h à 24 h).

Dans le rapport, il est indiqué que : « Ces pistes ne sont que des hypothèses et devront être approfondies, tant dans leur faisabilité que dans leurs contenus et leurs modalités de mise en œuvre par le groupe de travail technique constitué à cet effet. Toutes ces questions sont cruciales car on observe dès à présent des modalités de prise en charge financière (OPCA, Pôle Emploi) ou des conditions d’accès hétérogènes qui posent la question de l’équité d’accès au bilan de compétences de tous les actifs. »

Les perspectives et suites opérationnelles

Le Copanef proposera à la DGEFP de s’associer à cette nouvelle étape des travaux sur le Bilan de compétences.
Par la suite, des groupes de travail sous l’égide du Copanef et du FPSPP prendront le relai pour définir un cahier des charges et réfléchir à l’évolution du modèle économique.