Un coup de pouce du FPSPP pour développer le système de formation de Nouvelle-Calédonie




Dans la liste des appels à projets dévoilée le 2 mai, le Fonds paritaire de sécurisation des parcours professionnels (FPSPP) a choisi d’intégrer un dispositif particulier à destination de la Nouvelle-Calédonie.


Une enveloppe de 200 000 euros a été débloquée pour aider la Nouvelle-Calédonie

Le FPSPP annonce, en effet, qu’il prévoit de soutenir le développement de la formation professionnelle en Nouvelle-Calédonie dans le cadre d’un partenariat concernant « le contenu des formations, l’offre à distance, la qualité de formation, les méthodes d’évaluation et le système d’information » établi avec le Fonds interprofessionnel d’assurance-formation (Fiaf).
Le Fiaf est une instance paritaire calédonienne lancée en octobre 2015 pour suppléer l’inexistence des dispositifs et circuits habituels de la formation (Opca, etc.) dans ce territoire ultra-marin où le Code du travail ne s’applique pas et où les affaires de financement de la formation dépendent encore de démarches particulières de contractualisation entre les acteurs locaux.

Pour l’heure, la contribution du Fonds paritaire se veut modeste : « Ici, nous agirons surtout en soutien, pour aider les Calédoniens dans le développement d’infrastructures informatiques. Ensuite, il sera surtout question de leur offrir notre assistance sur la maîtrise technique de la collecte auprès des entreprises et du développement de mécanismes d’abondement », explique Dominique Schott, le président (FO) du Fonds paritaire.

Étant donné la nature du coup de pouce, l’opération ne constitue pas en soi un appel à projets. L’enveloppe débloquée oscille autour des 200 000 euros. D’autres acteurs de la formation, à commencer par les deux Opca interprofessionnels, Agefos-PME et Opcalia, ont également été approchés pour être introduits dans la boucle.


Centre Inffo, Benjamin d’Alguerre