Les partenaires sociaux proposent des pistes d’amélioration pour la poursuite du plan 500 000




Les dispositifs de formation initiés par Pôle emploi et les Opca pour les demandeurs d’emploi peuvent entrer en concurrence dans certains cas. En dépit de premiers résultats encourageants, en mettant l’accent sur une dynamique quantitative, le plan 500 000 formations doit veiller à maintenir une approche qualitative. Le taux de radiations pour refus de suivre un cursus a augmenté en 2016, ce qui peut dénoter d’une démobilisation des publics. Enfin le recueil des données sur le plan 500 000 est très inégal entre les différentes régions ce qui complique l’évaluation. Ce sont les premières appréciations présentées par le Comité interprofessionnel national pour l’emploi et la formation, le Copanef, à l’occasion de la réunion quadripartite du 7 décembre au Ministère du travail, sur la perception de la mise en œuvre du plan 500 000 par les Coparef, ses structures régionales.


L’objectif de l’instance paritaire n’est pas de tirer un bilan qui serait prématuré de la mise en œuvre du plan 500 000, mais d’apporter la contribution des partenaires sociaux sur le recueil des données et de valoriser leur implication. « Les investissements formation pilotés par le Copanef et mis en œuvre par le Fonds paritaire de sécurisation des parcours professionnels -FPSPP- représentent 40 % de l’ensemble des actions financées par les partenaires sociaux au profit des demandeurs d’emploi avec des engagements en croissance forte, 475 millions d’euros, soit une progression de 30 % pour 425 000 formations, ce qui représente une hausse de 50 % », a souligné Christian Lajoux, le président du Copanef à l’occasion de la réunion du 7 décembre.

Un investissement qui a des résultats sur le retour à l’emploi

« Par le maillage fin du paritarisme auprès des entreprises et des territoires, nous avons une connaissance éprouvée de l’impact des différents dispositifs sur l’accès à la qualification et le retour à l’emploi », a souligné de son côté Philippe Debruyne, le vice-président du Copanef. « Nous démontrons notre capacité collective à donner un cadre commun et à parler d’une seule voix dans le cadre du paritarisme ».

Ainsi selon les données réunies par les Coparef, les préparations opérationnelles à l’emploi (POE) permettent d’augmenter le taux d’accès à un contrat de travail de 15 % pour les formules collectives et de 37 % pour les dispositifs individuels. De bons résultats qui s’expliquent notamment par une augmentation globale de 45 % des financements en 2016. De son côté le congé individuel de formation mobilisé après plusieurs contrats à durée déterminée a vu son budget augmenter de 400 % en 2016, mais les résultats sont là, sept bénéficiaires sur dix ont un contrat de travail un an après leur sortie du dispositif.

Par ailleurs le Copanef souligne que le compte personnel formation (CPF) comptait pour 47 % de l’investissement financier des partenaires sociaux en 2016 et que les demandeurs d’emplois représentaient 27 % des bénéficiaires de ce dispositif en 2015. Il pointe également, à l’occasion de ce point d’étape, que le système d’information devrait être optimisé pour bénéficier de remontées « plus précises et récentes » sur le développement et les résultats du CPF. Enfin, il note qu’au sein du plan 500 000, les partenaires sociaux ont financé 10 000 contrats de professionnalisation en 2016, mais aussi 12 257 parcours certifiants dans le cadre de CléA, le socle de compétences.


Cédric Morin, Centre Inffo