FO signe l’accord national sur la formation professionnelle




Dans un communiqué diffusé vendredi 23 février, le bureau confédéral de FO annonce sa décision de signer l’accord interprofessionnel sur la formation professionnelle. C’est la première organisation syndicale à faire part de sa décision après la finalisation, jeudi 22 février, du texte issu de la négociation.


Parmi les nombreuses mesures qui figurent dans l’accord de 52 pages, la confédération syndicale met en exergue plusieurs points importants à ses yeux dont « la préservation intégrale du CIF [1] ». Ce droit à congé pour suivre une formation longue en vue d’une reconversion a en effet été maintenu dans le cadre du compte personnel de formation (CPF) sous l’appellation CPF de transition professionnelle.

Des avancées sur le CPF et l’accompagnement

Autres points importants selon FO : le renforcement du CPF qui sera crédité de 35 heures par an dans la limite de 400 heures, au lieu de 24 heures plafonnées à 150 actuellement, la montée en puissance des services d’accompagnement qui bénéficieront d’un financement dédié (2,75 % des sommes collectées au titre de la formation professionnelle), ainsi que « le pilotage de l’alternance par les branches et le respect du paritarisme. »

Dans son communiqué l’organisation syndicale précise qu’elle sera « particulièrement attentive et réactive sur la façon dont cet accord sera accueilli par le gouvernement ». Les partenaires sociaux devraient obtenir des éléments de réponse mardi 27 février, la ministre du Travail ayant indiqué qu’elle ferait ce jour-là des annonces sur le volet formation professionnelle de la réforme à venir.

Les autres organisations syndicales feront part de leur position sur l’accord dans les dix ou quinze jours à venir. Les instances de la CFE-CGC par exemple se prononceront le 5 mars.


Estelle Durand, Centre Inffo

Notes

[1congé individuel de formation