Inscription du doctorat au RNCP : les jeunes docteurs souhaitent valoriser les compétences transverses plutôt que les spécialisations




L’inscription du doctorat au RNCP (Répertoire national des certifications professionnelles) est en bonne voie. 22 fiches RNCP ont été élaborées à l’issue de travaux menés par le CNEE (Conseil national éducation économie). Ces fiches qui contiennent une liste de « compétences ou capacités évaluées » et de « types d’emplois accessibles » visent chacune des « segments professionnels  » ou secteurs d’activité précis. « Cet outil sera particulièrement profitable aux entreprises qui ne connaissent que peu le doctorat et les compétences transverses qu’il apporte », assurent la Confédération des jeunes chercheurs (CJC) et l’Association nationale des docteurs (ANdes), deux associations qui travaillent à l’inscription du doctorat au RNCP depuis 2016.


Le choix des établissements

D’ici fin mai, les établissements d’enseignement supérieur devront communiquer au ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche ainsi qu’au CNCP (Conseil national de la certification professionnelle) le choix des fiches RNCP pour lesquelles ils souhaitent être accrédités. Ce choix sera officiellement validé en septembre 2018. « Les établissements se sont beaucoup mobilisés en vue d’une meilleure reconnaissance du doctorat par le monde économique. Du coup, les choses se font rapidement », reconnaît Alexandre Matic, président de la CJC.

Accréditation dans l’ensemble des 22 fiches

Mais les deux associations de jeunes docteurs craignent que la logique de déclinaisons en segments professionnels des 22 fiches RNCP ne « préjuge des possibilités d’emploi qui s’offrent à eux » et ne nuise à leur insertion professionnelle. Elles recommandent donc aux présidences et directions d’établissement d’enseignement supérieur « de demander l’accréditation dans l’ensemble des 22 segments professionnels proposés ». Pour les associations de docteurs, ce découpage ne correspond pas à la réalité du monde économique. « Des docteurs en chimie travaillent dans l’industrie automobile, des docteurs en sociologie possédant de bonnes connaissances en statistiques font du contrôle qualité dans l’industrie, on ne peut préjuger des secteurs d’activité dans lesquels il est possible à un docteur de s’insérer  », pointe Alexandre Matic. Ces associations préfèrent valoriser les compétences transverses acquises par tous les docteurs au fil de leurs travaux de recherche afin de faciliter leur insertion professionnelle.


Mireille Broussous, Centre Inffo