La future réforme de la formation, « de nature à mieux adapter les compétences aux besoins de l’économie » (U2P)




L’Union des entreprises de proximité (U2P) « partage la philosophie des orientations annoncées par la ministre du Travail qui viennent conforter l’accord des partenaires sociaux  », a annoncé dans un communiqué la confédération des artisans et des professions libérales. Cette réforme constituera l’un des trois piliers, avec l’apprentissage et l’assurance.


« Les mesures rejoignent trois axes majeurs défendus par l’U2P », ajoute le communiqué.

En premier lieu, « la solidarité financière entre grandes entreprises et TPE-PME (de moins de 50 salariés) est renforcée en matière de formation, même si elle reste à préciser », se félicite l’Union.

Autre motif de satisfaction : « la mutualisation des fonds de l’alternance est accrue au profit des petites entreprises, conformément à la demande de l’U2P. Cette perspective est d’autant plus justifiée que plus de la moitié des contrats en alternance sont actuellement réalisés dans les entreprises de proximité (artisanat, commerce de proximité, hôtellerie-restauration, professions libérales) et que le potentiel de contrats supplémentaires y est très important.  »

En outre, se réjouit l’U2P, « cette évolution ne s’accompagnera d’aucune augmentation globale des contributions formation des entreprises, une demande qu’a défendue l’U2P dans le cadre de la négociation paritaire. »

Un bémol : « la transformation des Opca en opérateurs de compétences, que l’U2P ne conteste pas à ce stade, nécessite en revanche de travailler dès aujourd’hui à leurs missions, à la place des entreprises de proximité et à la définition de leur champ, notamment en lien avec le processus de restructuration des branches professionnelles. »

Président de l’U2P, Alain Griset affirme : « La philosophie et l’architecture de cette réforme sont bonnes, notamment pour les entreprises de proximité, sous réserve évidemment des nombreuses précisions qui nous manquent encore. Il nous reste à concrétiser cela progressivement sur le terrain afin de répondre aux besoins en compétences de nos entreprises et d’améliorer définitivement le marché de l’emploi.  »


David Garcia, Centre Inffo