« Le certificat CléA a un effet levier sur la dynamique de parcours » (Laurence Martin, APapp)




Acteur majeur du certificat de connaissances et de compétences professionnelles CléA, les Ateliers de pédagogie personnalisée (APP) ont profité de leur comité national d’organisation et de suivi, organisé mardi 27 novembre à Paris, pour présenter leurs statistiques. Plus qu’une simple certification, CléA apparaît comme un levier propre à dynamiser les parcours.


De novembre 2015 à septembre 2018, le réseau APP a procédé à 20 724 évaluations préalables et délivré 7 444 certificats CléA. 26 % des candidats ont validé l’ensemble des sept domaines du socle de connaissances et de compétences professionnelles dès l’évaluation préalable. Directrice générale de l’association pour la promotion du label APP (Apapp), Laurence Martin [1] souligne que si tous les candidats n’obtiennent pas la certification totale, il n’en demeure pas moins que « l’étape préalable a un effet levier sur la dynamique de parcours ». À cet égard, la non obtention immédiate et totale de CléA n’est pas perçue comme un échec, analyse Nahissa Uk, référente nationale CléA pour le réseau APP : « les personnes ont 5 ans pour aller jusqu’au bout de la certification, ce qui importe, c’est le parcours », insiste-t-elle. Point particulièrement intéressant à souligner, l’origine de la demande d’inscription à CléA fait apparaître l’initiative individuelle dans 40 % des cas. Pour Laurence Martin, ce chiffre, particulièrement élevé si l’on considère le peu de notoriété du dispositif, s’explique par le caractère déclaratif des réponses : il y a, certes, une probable surestimation de l’initiative personnelle, mais qui démontre que les répondants s’approprient leur parcours.

Majorité de demandeurs d’emploi

Constante depuis 2015, la courbe de progression témoigne du « maintien de l’intérêt pour le dispositif, en dépit des aléas », souligne Laurence Martin. L’analyse de la répartition géographique des candidats témoigne d’une prédominance de l’Île de la Réunion, qui totalise à elle seule 35,5 % des inscrits. Un chiffre élevé qui s’explique, commente Nahissa Uk, par la stratégie adoptée par le département de la Réunion, de systématisation de la mise en œuvre de CléA avant toute entrée en formation qualifiante. De fortes disparités sont également présentes en métropole, essentiellement liées à l’implantation territoriale du réseau APP. Le profil des candidats fait apparaître une très forte majorité de demandeurs d’emploi (81 %), le plus souvent de niveau V, V bis et VI (62 %) [2]. On retrouve également une majorité de femmes (58 %). Au-delà de ces facteurs discriminants, il apparaît que le Certificat CléA recrute dans toutes les tranches d’âge : 24 % de moins de 25 ans, 22 % de 35 à 44 ans et 21 % de 50 ans et plus.

Alors que le réseau des APP s’est vu renouveler son habilitation CléA pour la période 2018-2021, Laurence Martin se réjouit des perspectives post-réforme : « le préfigurateur de France compétences (ndr : Stéphane Lardy) n’envisage pas d’arrêter CléA ! »

117 sites labellisés "Ateliers de pédagogie personnalisée

Avec 117 sites labellisés "Ateliers de pédagogie personnalisée" portés par 94 organismes de formation, ce sont quelques 200 points d’accueil répartis en métropole et dans les départements et régions d’outre-mer qui dispensent la pédagogie APP. En 2017, plus de 33 000 personnes ont été accueillies, positionnées et ou orientées en APP, dont 30 000 ont intégré un parcours de formation d’une durée moyenne de 96 heures. Le public demeure majoritairement féminin (65 %), âgé de 26 à 49 ans pour 56 % des bénéficiaires et de niveau V de formation pour 44 %. Plus des deux tiers sont demandeurs d’emploi à l’entrée en APP, 49 % à la sortie. Selon une enquête APP réalisée en 2016-2017 auprès de 3 376 apprenants, 97 % recommandent leur formation.

En savoir plus :


Nicolas Deguerry, Centre Inffo

Notes

[1Avant de prendre, en octobre 2016, la direction de l’APapp, Laurence Martin a participé à la création du Certificat CléA en tant que membre du Copanef et co-animatrice du Comité Observatoires et Certifications (COC). Voir notre portrait dans le [n° 908 d’Inffo formation.

[2Niveau V : sorties après l’année terminale de CAP ou BEP ou sorties de 2nd cycle général et technologique avant l’année terminale (seconde ou première). Niveau VI et V bis : sorties en cours de 1er cycle de l’enseignement secondaire (6ème à 3ème) ou abandons en cours de CAP ou BEP avant l’année terminale (source : Insee).