Les branches des industries de transformation et de procédés créent leur opérateur de compétences




Opco Défi+ : c’est le nom de l’opérateur de compétences constitué par 17 branches professionnelles des industries de transformation et de procédés. Créé en juillet dernier, cet opérateur de compétences va maintenant entamer les démarches pour obtenir un agrément de la part de la DGEFP [1], annoncent le 1er octobre dans un communiqué les branches professionnelles signataires de l’accord constitutif.


Ce nouvel ensemble est né des travaux de rapprochement initiés il y a deux ans entre deux organismes paritaires collecteurs agréés : Opca Défi pour les secteurs de la chimie, du pétrole et de la plasturgie et Opca 3+ qui réunit des entreprises exerçant dans l’ameublement, le bois, les matériaux pour la construction et l’industrie et le secteur du papier et du carton. Un temps mis en veille, ce projet a été remis à l’ordre du jour dans le cadre de la réforme de la formation professionnelle et de l’apprentissage. « Les travaux préparatoires sur les synergies ayant été faits, l’accord constitutif a été élaboré très rapidement », explique Pascal Le Guyader, directeur des affaires générales, industrielles et sociales du Leem, l’organisation professionnelle des entreprises du médicament, qui adhère à Opca Défi.

Complémentarités

Le temps passé à préparer le rapprochement a permis d’identifier des synergies cohérentes avec les missions des futurs opérateurs de compétences, selon Patrick Pittalis, secrétaire de l’Union nationale des industries de carrières et matériaux de construction (Unicem) qui adhère à Opca 3+. « Nos deux structures sont complémentaires au niveau territorial et ont l’habitude de travailler sur des dispositifs inter-branches », précise-t-il. Actives en matière d’apprentissage, les branches professionnelles pourront, par ailleurs, bénéficier du savoir-faire des deux Opca en matière d’alternance, des services qui pourraient être renforcés grâce à la mise en commun d’outils, selon Patrick Pittalis.

Un quart des salariés de l’industrie

Reste maintenant à savoir si la nouvelle structure obtiendra l’agrément. Dans leur rapport, Jean-Marie Marx et René Bagorski préconisent la création d’un opérateur de compétences unique pour l’industrie. Avec 17 branches représentant 710 000 salariés, Opco Défi+ couvre un quart environ des effectifs employés dans l’industrie. Opcaim, l’Opca de la métallurgie en couvre près de 1, 7 million à lui tout seul. Pour autant Pascal Le Guyader, considère que le projet est viable. Étant donnés les délais imposés par le gouvernement, il sera difficile de constituer une structure unique, selon lui. « Il faut être pragmatique. Si l’on veut garantir une continuité de service aux entreprises adhérentes, mieux vaut s’appuyer sur un réseau qui fonctionne et qui partage déjà des outils », précise-t-il. Ce qui n’empêche pas des partenariats. Les portes d’Opco Défi+ restent ouvertes à d’autres branches professionnelles. Et celles qui ont signé l’accord constitutif n’excluent pas « des collaborations avec un autre opérateur de compétences industriel afin de partager des moyens ou de mettre en commun des projets dans les territoires ».


Estelle Durand, Centre Inffo

Notes

[1Délégation générale à l’emploi et à la formation professionnelle