Loi “Avenir professionnel” : réactions de Force ouvrière suite à l’adoption définitive du projet de loi




Dans un communiqué, Force Ouvrière a vivement réagi suite à l’adoption définitive du projet de loi “la liberté de choisir son avenir professionnel”. Pour Michel Beaugas, secrétaire confédéral chargé de l’emploi et de la formation professionnelle et Pascal Pavageau, secrétaire général, cette loi ne donne pas plus de droits aux actifs. Au contraire, elle “libéralise toujours un peu plus le marché de la formation et de l’emploi pour les salariés, en n’apportant aucune sécurité pour les demandeurs d’emploi !”.

Formation professionnelle

CPF monétisé, suppression du CIF et fin du paritarisme de gestion, pour FO, ces changements conduisent à une “individualisation et à une diminution des droits”. Le syndicat conteste également la gouvernance floue dont les contours ne sont pas encore définis.

Apprentissage

Sur le volet apprentissage, même son de cloche. Pour FO les dispositions concernant l’apprentissage (orientation, création de passerelles…) contiennent peu de garanties pour l’individu et engendrent surtout une libéralisation de l’offre de formation par les CFA. La prolongation de l’âge d’entrée en apprentissage jusqu’à 30 ans aurait pour effet pervers de concurrencer les contrats de professionnalisation et les embauches en CDI.

Assurance chômage

Concernant l’assurance-chômage, Michel Beaugas et Pascal Pavageau attendent “des précisions sur la “lettre de cadrage” pour déterminer [leur] position” et souhaitent entretenir le dialogue avec “les autres interlocuteurs sociaux”.


Soraya Souna, Centre Inffo