Plus de collecte et d’actions de formation financées pour l’Afdas en 2016




En 2016, l’Afdas, collecteur (Opca, Octa et Opacif) des fonds de formation de la culture, les médias, de la communication et des loisirs affiche un bilan à la hausse en 2016, avec 281 millions d’euros de collecte totale, contre 206,9 millions en 2015. Il a financé un total de 123 356 actions de formation dispensées par 8 611 organismes.


Dans le détail :

  • L’Opca (61 % de la collecte de l’Afdas) a fait entrer 170,3 millions d’euros dans les caisses de l’organisme, la contribution légale comptant pour 124,2 millions et la conventionnelle (en hausse de 48 %) pour 22,4 millions d’euros. Côté dépenses, l’Opca annonce que 114 934 actions de formation ont été financées pour 207,1 millions d’euros. Celles-ci ont concerné la professionnalisation pour 89 %, le plan de formation pour plus de 84 % et pour presque 34 % le compte personnel de formation. À noter que 55 % des CPF ont mené à une certification linguistique.
  • Les recettes de l’Octa en 2016 (59,3 millions d’euros) sont en progression de 6 % par rapport à l’année précédente, grâce à une augmentation du nombre d’entreprises contributrices. Cela a permis, notamment, de financer plus d’établissements propres aux métiers de l’Afdas (+ 23 % d’écoles). La fraction régionale du produit de la taxe d’apprentissage s’est élevée à 29,2 millions d’euros.
  • La collecte de l’Opacif de 42,2 millions d’euros comprend une subvention de 6,5 millions d’euros obtenue au titre du Cif et du bilan de compétences. Elle a permis de financer 3 294 actions de formation pour 61,2 millions d’euros. 56 % des dossiers Cif CDI ont été acceptés contre 52 % en 2015. Pour les Cif CDD le taux d’acceptation était de 87 % en 2016, contre 52 % l’année d’avant. La durée moyenne d’un Cif se situe entre 809 et 857 heures.

En revanche, l’Afdas annonce que son activité d’opérateur du conseil en évolution professionnelle, concentrée principalement sur les niveaux 2 et 3 de l’accompagnement (niveau ingénierie de projet et ingénierie de son financement), est en recul. Il a bénéficié à 1 976 personnes.


Centre Inffo, Béatrice Delamer