« Renforcer les droits des apprentis et augmenter leur rémunération » (CGT)




Dans le cadre de la concertation sur l’apprentissage et de la réunion du groupe de travail « parcours de l’apprenti » qui se déroule jeudi 30 novembre dans les locaux de France Stratégie, la CGT livre une série de propositions concernant l’accès à l’apprentissage et les conditions de vie et de travail des apprentis.


En amont de la signature d’un contrat, l’organisation syndicale propose de renforcer les aides à la recherche d’une entreprise d’accueil, en créant au niveau territorial « un lieu unique où seraient collectées toutes les offres d’apprentissage ». Elle suggère, par ailleurs, d’augmenter le montant de la contribution supplémentaire à l’apprentissage (CSA) pour sanctionner « réellement » les entreprises de plus de 250 salariés qui n’embauchent pas d’apprentis.

Droits renforcés

La CGT estime que les conditions de vie et de travail des apprentis doivent être améliorées et que leurs droits doivent être renforcés « tant dans les CFA que dans l’entreprise ». Pour ce faire, l’organisation syndicale propose d’augmenter la rémunération des apprentis et de prendre en compte la qualification préparée, ou encore de renforcer le droit à congés. Et d’abroger le décret de 2015 assouplissant la procédure de dérogation aux travaux interdits pour les moins de 18 ans en formation professionnelle.

Dans sa contribution, la CGT évoque aussi la création de « conseils de la vie apprentie dans chaque CFA », et la mise en place d’un droit syndical dans ces centres de formation. L’information des apprentis fait aussi partie de ses préconisations avec, par exemple, la création d’un « livret interprofessionnel » sur leurs droits, qui leur serait remis obligatoirement lors de la signature du contrat.

Par ailleurs, la CGT prône « la gratuité réelle de la formation pour les jeunes et pour leurs familles par la prise en charge du transport, de l’accès au logement ou à l’hébergement et à la restauration ».


Centre Inffo, Estelle Durand